Skip to Content
Bienvenu sur le site de la Commission Episcopale Justice et Paix de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CEJP/CENCO). Notre programme triennal (2013-2015) Gouvernance participative et Réconciliation communautaire se structure de la manière suivante : 1.L’Éducation civique et électorale des populations. 2.La décentralisation. 3.Liaisons parlementaires. 4.La lutte contre la corruption par le civisme fiscal. 5.L’implication de la femme dans le processus de paix et dans la gouvernance locale. 6.La promotion des droits humains. 7.Le programme Réconciliation et Reconstruction communautaire. 8.La formation sur l’Enseignement social de l’Église. Passez un agréable moment à la découverte de notre noble travail au service de la Paix et de la Justice en RD Congo.

MISE AU POINT DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO

Le Révérend Abbé Léonard Santedi, Secrétaire général adjoint de la CENCO, lors de la mise au point. Photo cenco.cd

MISE AU POINT DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO

1.    Les Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) en visite ad limina à Rome du 11 au 15 septembre 2014 ont adressé aux fidèles catholiques et aux hommes de bonne volonté une lettre dans laquelle ils donnaient leur position au sujet de la révision constitutionnelle et annonçaient le retrait de l’Eglise catholique du Comité d’Intégrité de Médiation Electorale (CIME).

LETTRE DES EVEQUES DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO AUX FIDELES CATHOLIQUES ET AUX HOMMES ET FEMMES DE BONNE VOLONTE DE LA RD CONGO

Le Révérend Abbé Donatien Nsiole, 1er Secrétaire général adjoint de la CENCO, lors du point  de presse

LETTRE DES EVEQUES DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO AUX FIDELES CATHOLIQUES ET AUX HOMMES ET FEMMES DE BONNE VOLONTE DE LA RD CONGO

 

1. Réunis à Rome à l’occasion de notre visite ad limina Apostolorum, Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, saisissons cette occasion pour adresser aux fidèles catholiques, aux hommes et femmes de bonne volonté de notre pays, nos salutations chaleureuses et cordiales dans le Christ Notre Seigneur.

« PROTEGEONS NOTRE NATION » Pour un processus électoral apaisé et porteur d’avenir meilleur

4x6[01]DSC08782_1104 site.jpg

« PROTEGEONS NOTRE  NATION »

Pour un processus électoral apaisé et porteur d’avenir meilleur

Message de la 51eme Assemblée Plénière des Evêques membres de la  Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO)

1. A l’ occasion du 54eme anniversaire de l’indépendance de notre pays la RD Congo, Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis en session ordinaire de l’Assemblée plénière du 23 au 27 juin 2014 à Kinshasa, adressons un message de paix et d’espérance au Peuple congolais. Cet anniversaire qui intervient au moment où le processus électoral 2013-2016 est lancé, nous offre l’occasion de rappeler à tous, le devoir sacré de protéger la Nation et de sauvegarder la paix acquise au prix de mille sacrifices.

Le magazine "Le Dialogue des CLPP" n° 00 et 01 Mai et Septembre 2013

Couverture site.jpg

“Consolider les dynamiques communautaires pour un développement intégré et durable”

Le contexte général de la République Démocratique du Congo est marqué par la perte de confiance en politique. C’est pourquoi, de nouveaux modes d’expression doivent émerger pour permettre aux citoyens de se faire entendre et de trouver leur place au sein de la cité. Mais, comment susciter l’engagement citoyen dans sa cité ? Comment participer aux décisions qui ont un impact sur sa vie quotidienne ?

Avec l'appui financier de l'Union Européenne et de Christian Aid. La CEJP et le RECIC mettent en oeuvre le projet: "Promotion de la gouvernance participative pour un développement intégré et durable en RDC"

Ce projet est dialogue permanent entre la base et les décideurs

Le projet « Promotion de la gouvernance participative pour un développement intégré et durable en RDC » est piloté par la Commission Episcopale Justice et Paix (CEJP) et le Réseau d’Education Civique au Congo (RECIC), sous la coordination de Christian Aid. Ce projet financé par l’Union européenne et Christian Aid est mis en œuvre pour une période de 3 ans, allant du 1er février 2013 au 30 janvier 2016. Les activités spécifiques sont prévues pendant cette durée, assorties des résultats et du changement attendus.

Les Commissions Diocésaines Justice et Paix de l’archidiocèse de Mbandaka-Bikoro et du diocèse de Bokungu-Ikela formées sur « la Non-Violence active et évangélique »

De G. à D. L'abbé Hilaire NDJONDJO, président de la CDJP /Mbandaka-Bikoro, et le Dr Reinhard Voss pendant le séminaire. .

En RD Congo, comme ailleurs, la violence est souvent considérée comme le seul moyen de résoudre les différents conflits politiques, intercommunautaires et interpersonnels. Celle-ci tend à s’imposer comme le mode privilégié dans la résolution des conflits. Les guerres et conflits armés dans le pays et les violences lors des élections de 2006 et de 2011 constituent des preuves. La RD Congo continue de payer un lourd tribut à cette violence. Destructrice, la violence  ne peut pas durablement résoudre un conflit. Car la violence engendre la violence. Elle n’engendre jamais la paix. Dans la résolution des conflits, il y a une autre alternative à la violence. C’est la non-violence active et évangélique. Celle-ci est plus exigeante que la violence et présente de nombreux avantages. Pour implanter une (nouvelle) culture de la non-violence à la base, la Commission Episcopale Justice et Paix de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CEJP/CENCO) initie des séminaires à l’intention de ses CDJP dans les 47 diocèses de la RD Congo. Les CDJP vont à leur tour répercuter le message jusqu’aux CPJP (Commissions Paroissiales Justice et Paix) en vue d’atteindre le peuple de Dieu.

Année électorale 2011 : les 8 recommandations des évêques de la CENCO en images

1ère recommandation_0.jpg

Les évêques de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) avaient publié, le 25 février 2011, une exhortation aux fidèles catholiques, aux hommes et aux femmes de bonne volonté intitulée : « Année électorale : Que devons-nous faire ? (Ac. 2,37) ». Après avoir constaté que les élections ont souvent donné le spectacle déplorable de violences, de contestations et de troubles divers dans beaucoup de pays d’Afrique, la CENCO a espéré que la RD Congo saura tirer les conséquences de toutes ces expériences malheureuses pour s’engager résolument sur la voie d’élections libres et démocratiques en vue d’un Congo uni, fort et prospère. A cet effet, les évêques ont fait des recommandations à la population, au Gouvernement, à la police nationale et aux forces armées, aux acteurs politiques, aux professionnels des médias, à la Communauté internationale, aux ecclésiastiques dans le pays et en particulier au clergé. Compte tenu de leur importance, ces exhortations ont été traduites en images dans l’affiche « Année électorale 2011 : 8 recommandations des évêques de la CENCO ». Nous vous présentons ici, séparément, les 8 images constituant cette affiche.

 

ANNEE ELECTORALE : QUE DEVONS-NOUS FAIRE ? (Ac 2, 37). Exhortation du Comité permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) aux fidèles catholiques, aux hommes et aux femmes de bonne volonté. Feuillet n° 43 février 2011.

Couv feuillet n°43 février 2011 exhortation cenco année électorale1 copie.jpg

Au plus fort des remous politiques suscités notamment par la fièvre électorale, l’opinion tant nationale qu’internationale attendait impatiemment que l’Eglise en RD Congo se prononce. Le suspense est tombé au terme de la session ordinaire du Comité permanent des Evêques de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo). En effet, réuni à Kinshasa, du 21 au 25 février 2011, ce Comité permanent a adressé une Exhortation aux fidèles catholiques, aux hommes et aux femmes de bonne volonté intitulée : « ANNEE ELECTORALE : QUE DEVONS-NOUS FAIRE ? (Ac 2, 37) ». Comme à chaque période décisive de la vie nationale, l’Eglise de Dieu en RD Congo apporte ainsi, une fois de plus, sa contribution pour que les nouvelles élections qui se profilent à l’horizon inscrivent notre pays dans le registre des nations respectables et dignes. Cela, grâce à la consolidation de la démocratie, indispensable pour la construction du pays dans la justice, la vérité et la paix.
Comme les élections de 2006 et le Jubilé d’or de l’Indépendance en 2010, les nouvelles élections présidentielles et législatives constituent, pour la RD Congo, un autre rendez-vous décisif avec l’histoire. Un rendez-vous porteur de nombreux espoirs, au vu des défis qui restent à réaliser pour le développement intégral du pays.
Comme le peuple congolais s’interroge avec justesse ce qu’il doit faire à cet effet, l’Eglise catholique, fidèle à sa mission évangélisatrice, inhérente au souci de promotion humaine intégrale, donne, dans son exhortation, des indications susceptibles de concourir à la réussite des élections à venir. Pour ce faire, les périodes d’avant, pendant et après les scrutins doivent être sagement gérées. Forte de l’expérience de 2006, l’Eglise catholique accompagnera le processus électoral en cours par la prière et la formation à l’éducation civique.
 L’Episcopat congolais est  convaincu que le pari des élections transparentes,  dans la vérité et la paix, peut être gagné, grâce à un sursaut national et une véritable metanoia, un changement de cœur, de mentalité et de pratiques.

LIBERTÉ RELIGIEUSE, CHEMIN VERS LA PAIX, Feuillet n°42, janvier 2011

Couv feuillet n° 42 janvier 2011 message journée mondiale paix1 copie.jpg

Dans certaines régions du monde, les chrétiens sont à l’heure actuelle le groupe religieux en butte au plus grand nombre de persécutions à cause de leur foi. Ils sont victime de la discrimination, de terribles actes de violence et d’intolérance religieuse. On constate amèrement et douloureusement qu’il n’est pas possible de professer et de manifester librement sa religion, sans mettre en danger sa vie. De plus, dans des pays occidentaux, on assiste à des formes plus silencieuses et plus sophistiquées de préjugés et d’opposition à l’encontre des croyants et des symboles religieux. Pour la première fois, le Pape Benoît XVI emploie le mot «christianophobie» pour parler de cette situation inacceptable, qui constitue une offense à Dieu et à la dignité humaine. En outre, cette atteinte au droit sacré à la vie est une menace à la sécurité et à la paix qui empêche la réalisation d’un réel développement humain intégral.
C’est dans ce contexte, que le 265e successeur de Pierre ressent « de manière particulièrement vive » l’opportunité de partager quelques réflexions sur la liberté religieuse, chemin vers la paix. Dans la liberté religieuse en effet, se trouve l’expression de la spécificité de la personne humaine qui ordonne sa vie personnelle et sociale selon Dieu. Nier ou limiter de manière arbitraire cette liberté signifie cultiver une vision réductrice de la personne humaine et compromettre la paix authentique et durable de toute la famille humaine. Le Pape Benoît XVI estime que l’engagement pour la construction d’un monde où chacun est libre de professer sa religion ou sa foi devient dès lors une urgence de la part des leaders des grandes religions du monde et des responsables des Nations. Car, «Il faut avant tout donner à la Paix d’autres armes que celles destinées à tuer et à exterminer l’humanité».  (Paul VI)

Elections 2011 et questions majeures de gouvernance. La Commission épiscopale Justice et Paix renforce les capacités des Commissions diocésaines Justice et Paix et les Noyaux de la Dynamique Femme pour la Paix

La Révérende Soeur Marie Bernard Alima, lisant son discours lors de la cérémonie de clôture de la rencontre.

En cette année 2011, l’attention du peuple congolais est focalisée sur le processus électoral en cours qui culminera à la tenue des élections générales. Le Comité permanent des Evêques de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo), réuni en session ordinaire à Kinshasa du 21 au 25 février 2011, a publié une exhortation aux fidèles catholiques, aux hommes et aux femmes de bonne volonté intitulée : ANNEE ELECTORALE : QUE DEVONS-NOUS FAIRE ? (Ac 2, 37). Pour ledit Comité, le processus électoral de 2011 constitue pour la RD Congo un autre « rendez-vous décisif avec l’histoire ». C’est dans ce contexte qu’a eu lieu la rencontre nationale des 47 Commissions Diocésaines Justice et Paix (CDJP, en sigle) et des 47 Noyaux de la Dynamique Femme pour la Paix de la RD Congo, du 20 au 24 mars 2011 à Kinshasa. La rencontre visait à développer une vision partagée des défis du moment et lancer les activités prioritaires ; renforcer les capacités des responsables des CDJP et de la Dynamique Femme pour la Paix en techniques d’observation du processus électoral, de lutte contre la corruption et de non-violence active et redynamiser la collaboration au sein du réseau Justice et Paix.

Syndiquer le contenu