Skip to Content

Reconstruction et relance des capacités productives des communautés

Sommaire

Ce projet reflète les résultats d’un travail d’animation et de recherches participatives avec les populations des villages et groupements des territoires concernés, à savoir Mwenga, Shabunda et Walungu dans la province du Sud-Kivu du 03 au 16 mai 2009. C’est le projet des communautés de ces territoires.

En effet, l’intuition de ce projet n’a pas débouché immédiatement sur son élaboration dans un bureau. Le souci était de prendre du recul et de vérifier méthodiquement si cette intuition répond actuellement le mieux aux attentes des populations des trois territoires cibles.

Ainsi, la CEJP et son partenaires Développement et Paix / Canada ont pensé à une phase préparatoire de ce projet, phase qui consisterait, dans une première étape (du 9 au 18 avril 2009), dans la circonscription, aux niveaux des trois territoires du projet, de la zone d’intervention du projet, l’estimation de la densité des populations bénéficiaires par village, l’identification des animateurs potentiels du projet. La deuxième étape (du 19 au 25 avril 2009) consistait dans la sélection des 24 animateurs, en raison de 8 animateurs par territoire, et de 3 gestionnaires locaux en raison de 1 gestionnaire par territoire, en vue de leur formation initiale à la vision de la CEJP et à son approche. La troisième étape (du 26 avril au 2 mai 2009) a consisté dans l’organisation et la tenue d’une session de formation des animateurs et gestionnaires du projet sur la vision de la CEJP par rapport à la promotion de la paix dans les milieux en situation post-conflit comme le Sud-Kivu, sur les expressions-clefs liés à certaines options préalables telles que l’alphabétisation conscientisante, la promotion de la femme, les micro-finances, l’apprentissage aux métiers, etc. L’accent fut aussi mis sur la Méthode d’Animation et de Recherche Participative (MARP), une méthode qui permet la mise en œuvre correcte de l’approche communautaire que préconise la Commission, ainsi qu’à son appropriation effective par les bénéficiaires. La dernière étape (du 17 au 30 mai 2009) a consisté, pour l’essentiel, dans le déploiement des animateurs et gestionnaires bénéficières de la formation sur leurs territoires respectifs, pour animer effectivement les communautés villageoises, en vue d’une recherche participative sur leurs besoins réels par rapport à une dynamique d’auto-promotion de la paix et de développement. Un total de 56 localités ont été visités en raison de 38 localités dans le groupement de Kigulube (territoire de Shabunda), de 10 localités dans le territoire de Mwenga, et de 8 localités dans le territoire de Walungu.

Sur le terrain, les animateurs locaux ont identifié les actions prioritaires pour les communautés, ils ont, avec elles, déterminé les villages pour leur réalisation, et ont retenu des stratégies de pérennisation de la dynamique du projet. C’est à partir des données récoltées dans un climat de sérénité, lors de ces animations, que cette proposition de projet est élaborée sous forme d’une synthèse.

Concrètement, à partir de l’évidence que les communautés villageoises visitées par nos animateurs ont commencé à entretenir et à développer en elle « la graine » de réflexions et d’échanges communes pour la transformation sociale, ce projet de 10 mois vise en fait, à appuyer le processus de réconciliation communautaire, de reconstruction et de relance des capacités productives en faveur des populations de ces territoires.  Appui en terme d’animation, appui en terme de méthode, appui en terme de formation, d’accompagnement, des finances. Son succès sur les villages dès sa mise en œuvre est la garantie de sa réplication dans d’autres villages de ces trois territoires, mais aussi dans d’autres provinces du pays ayant des problèmes similaires à ceux de Mwenga, de Shabunda et de Walungu.

Syndiquer le contenu